Ballets de Monte-Carlo: Kill Bambi par Jeroen Verbruggen costumes et decors par on aura tout vu

Les Ballets de Monte Carlo Kill Bambi by Jeroen Verbruggen costumes et sénographie on aura tout vu by livia stoianova et yassen samouilov 2012 Monaco (14)

Les Ballets de Monte Carlo Kill Bambi by Jeroen Verbruggen costumes et sénographie on aura tout vu by livia stoianova et yassen samouilov 2012 Monaco (80)

It Cela fait maintenant trois ans que le personnage de Bambi obsède Jeroen Verbruggen. Ce danseur des Ballets de Monte-Carlo connaît régulièrement des périodes au cours desquelles un animal accapare son esprit tout entier. Il y a quelques années, les poissons rouges nageaient déjà dans le bocal de son crâne et c’est au terme d’un workshop intense qu’il s’en était libéré. Cette fois encore, c’est Jean-Christophe Maillot qui lui a permis d’exorciser le cervidé qui le hantait. À la demande du Chorégraphe Directeur des Ballets de Monte-Carlo, Jeroen Verbruggen a collaboré avec la maison de couture « On aura tout vu », découverte à Monaco pour avoir signé la muséographie de la récente exposition de poupées de la collection Galéa à la Villa Sauber. Entre le jeune chorégraphe qui veut explorer les peurs qui nous font grandir et les créateurs de cette maison.

Les Ballets de Monte Carlo Kill Bambi by Jeroen Verbruggen costumes et sénographie on aura tout vu by livia stoianova et yassen samouilov 2012 Monaco
Kill Bambi est une chorégraphie nerveuse et agitée, à l’image de ces faons, toujours sur le qui-vive à cause « du danger », expression énigmatique désignant l’Homme et que Disney distillait à merveille dans son film. Ce même danger tue la mère de Bambi et ne lui laisse pas d’autre choix que de grandir. Un coup de fusil qui propulse Bambi dans le monde des adultes et dont la détonation suivie du silence sonne le départ irrémédiable d’une enfance anéantie. Dans la pièce de Jeroen Verbruggen, le danger prend différentes formes, l’autoroute par exemple, et à chaque fois qu’il frappe, un grand rideau rouge s’abat sur la scène.
À travers Kill Bambi, oeuvre aussi chaotique que minimaliste (les deux ne sont pas incompatibles pour le chorégraphe), Jeroen Verbruggen se demande ce que signifie grandir, cette étrange et perpétuelle initiation dont on n’aperçoit jamais la fin.
« Grandir…
Certains mettent du temps alors que d’autres brûlent les étapes.
Certains s’y refusent tandis que d’autres l’espèrent.
Souvent, les événements et le hasard accélèrent le cours du temps sans nous demander notre avis.
Et puis il y a ceux qui cherchent à revenir vers l’enfance.
Mais peut-on vraiment revenir en arrière ?
C’est cette dernière question que pose Kill Bambi et c’est pour cela que j’ai souhaité commencer par la fin.
Sur le chemin du retour, la douleur est toujours là. Elle nous guette et revient, rendue plus vive encore par l’acuité d’un regard qui a vieilli et qui parfois sait l’affronter avec humour (Jeroen Verbruggen) »

Ballets de Monte Carlo Kill Bambi par Jeroen VerbruggenCostumes et decor On aura tout vu par Yassen Samouilov et  Livia Stoianova  Photos Par Alice Blangero33 [640x480]

Ballets de Monte Carlo Kill Bambi par Jeroen VerbruggenCostumes et decor On aura tout vu par Yassen Samouilov et  Livia Stoianova  Photos Par Alice Blangero1 [640x480]

Photos Par Alice Blangero Ballets de Monte Carlo Kill Bambi par Jeroen VerbruggenCostumes et decor On aura tout vu par Yassen Samouilov et  Livia Stoianova [640x480]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s